Vous lisez
Découvrez la Doma Vaquera

Découvrez la Doma Vaquera

doma vaquera

En traduction mot à mot, la « Doma Vaquera » signifie le dressage vacher….

Plus joliment dit, la Doma Vaquera est une équitation de tradition culturelle, issue du travail pratiqué en Andalousie par les cavaliers travaillant dans les élevages de taureaux.

Notre correspondante, Soledade s’est rendu pour nous le 19 avril 2017  à la journée d’informations sur la nouvelle réglementation des concours de Doma Vaquera.

Une quarantaine de personnes étaient au rendez-vous de notre hôte Denis Marques  dont les résultats en concours Doma ne se comptent plus.

Journée d’information sur la nouvelle réglementation des concours de Doma Vaquera

Nous sommes dans une ambiance très festive comme toujours dans les rencontres de passionnés.

Les trois juges, présents le matin –  l’un d’entre eux est issu de l’équitation classique-  ont précisé les points modifiés en rapport avec le règlement espagnol et ont répondu aux nombreuses questions qui leur étaient posées.

Les principales modifications portent sur le règlement, les textes des figures de reprises, les conditions d’inscription, les costumes … sont répertoriées sur la page   facebook « doma vaquera france »

La pause a été digne d’une mini bodéga  le soleil s’était invité au grand bonheur de tous.

Un démo pour les juges

Dans l’après-midi 4 cavaliers se sont mis à cheval  pour que, figure par figure, les juges puissent démontrer la façon d’attribuer les notes, pour rappeler l’esprit vaquera, et expliquer aussi en quoi il y a une différence avec la filière classique.

C’est vrai qu’il y a une réelle différence car même si ce sont également des concours de dressage, c’est avant tout une équitation de travail au taureau et,  ce qui est appelé « l’esprit vaquera »  est pris en compte car l’énergie qui va se chercher dans ce couple cavalier cheval est une énergie vitale qui demande à refléter la présence abstraite d’un adversaire d’où l’importance de la rapidité d’exécution et d’une grande complicité avec le cheval .

Bien  que je monte à cheval depuis un certain temps je reste novice dans le domaine de la doma vaquera et je ne me permettrai pas de parler de la technicité des figures imposées.  Ce qui semble d’importance (entre autre bien-sûr) c’est le balancer du mosquero (lanieres de cuir des frontaux tombant sur le chanfrein) qui fait office de métronome, que pour les pirouettes, 6 à 8 foulées sont effectuées, décomposées, en classique, en doma elles sont au nombre de 4 à 6 maxi c’est la réactivité qui prime, la notion de l’évitement abstrait du taureau…

Voir également
travail fragmenté

De même les arrêts glissés gardent en fil conducteur, là encore, l’idée de l’évitement. Après cet arrêt le cheval doit pouvoir repartir dans n’importe quelle direction et il doit rester avec une certaine tension.  Ce qui n’a, par exemple, rien à voir avec les arrêts glissés en monte western (reining) ou cela sert (si je ne me trompe) à bloquer le veau pris au lasso  si on se réfère à l’origine du cheval au travail.

En résumé, c’est une monte de rigueur, de précision qui demande là encore beaucoup de travail et où le résultat se traduit par la fierté et l’élégance espagnole.

Vous trouverez également sur le site doma vaquera France tout un tas de magnifiques photos car je n’en ai pas pris au cours de la journée absorbée par toutes ces infos et démonstrations.

Merci à toutes les personnes présentes pour leur enthousiasme.

Solédade


What's Your Reaction?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Poster un commentaire

Your email address will not be published.

Tous droits réservés

Scroll To Top