Select Page

Cirque et équitation ou pourquoi pousser les portes d’un cirque?

Cirque et équitation ou pourquoi pousser les portes d’un cirque?

Cavaliers, ne boudez pas votre plaisir, renouez avec le cirque des origines.

L’histoire du cirque moderne a commencé à cheval, ce que la plupart des amateurs de plaisirs équestres ont aujourd’hui oublié.

 

Lorsque l’officier de cavalerie anglaise Philip Astley a inventé le cirque en 1768, ce fut pour tirer profit des prouesses équestres qu’il donnait en spectacle sur la piste où les militaires avaient l’habitude de s’entraîner à la voltige, discipline essentielle pour se remettre en selle en urgence sur un champ de bataille.

Le succès de tels spectacles équestres a été confirmé à Paris, au point que les cirques sont devenus les hauts lieux de la transmission des arts équestres. Au XIXe siècle, tenir son rang dans la bonne société exigeait aussi de savoir se tenir à cheval. L’équitation faisait partie des disciplines incontournables de la bonne éducation mondaine et aristocratique. Or la plupart des cirques sont devenus des lieux utilisés pour la transmission des savoirs équestres. Les officiers de cavalerie les plus réputés venaient y chercher les leçons des Franconi, notamment.

François Baucher, reconnu comme l’un des plus grands écuyers du XIXe siècle, avait fait de ses exhibitions en piste de véritables cours de haute école. Nombre de grands cavaliers ont été formés par les écuyers des grands cirques des capitales européennes. De célèbres écuyères, telle Blanche Alarty, sont aussi issues de cette formation, dispensée notamment au cirque Molier.

 

Si la haute école est  « la poésie du dressage » (Alexis Grüss), elle est, comme la voltige, héritière des exigences militaires. Piaffer, cabrade, levade, voltes étaient autant de moyens utilisés par les cavaliers pour impressionner, provoquer ou esquiver l’adversaire.

 

C’est tout cet héritage qu’il est possible aujourd’hui de voir dans un cirque digne de ce nom, c’est-à-dire un cirque équestre, ce qui est en fait un pléonasme, car tout vrai cirque ne peut qu’être fondé sur la mise en scène du travail des chevaux. En franchissant les portes des rares cirques qui respectent ces traditions, les cavaliers pourront ainsi se nourrir d’un savoir-faire équestre pluri-séculaire.

Un cavalier débutant découvrira les infinies possibilités des chevaux et y fera connaissance avec les multiples races qui existent à travers le monde. Ainsi, sur la piste d’Alexis Grüss, se côtoient falabellas argentins – les plus petits chevaux du monde -, lusitaniens, pure-race-espagnols, boulonnais, traits-russes, traits-bretons, cobs-normands, frisons hollandais, pur-sang arabes, portugais. Une telle cavalerie est d’autant plus impressionnante qu’elle est, chez Alexis Grüss, entièrement composée d’entiers, afin de conserver à chaque cheval toutes ses capacités. Ces chevaux sont sélectionnés tout à la fois pour leur robe, leur origine, leur allure.

Un cavalier confirmé découvrira, devant les exercices de haute école, les horizons nouveaux vers lesquels il pourrait aller. La contemplation des bons gestes des écuyers de haute école des vrais cirque est la meilleure pédagogie qui puisse exister en la matière. Voir et revoir de tels écuyers est un sûr moyen de progresser dans sa propre pratique.


De plus, débutants et confirmés ne pourront que s’extasier devant l’harmonie parfaite qu’un voltigeur établit avec son porteur équin. Ils seront ébahis en découvrant l’absolue communion qui existe entre un jongleur à cheval et sa monture.

Les cirques qui offrent encore le répertoire complet du cirque à l’ancienne ne se comptent plus aujourd’hui, en France, que sur les doigts d’une main, et encore est-il difficile d’en nommer un au delà du cirque d’Alexis Grüss. Les autres grands cirques mettent certes en scène des numéros de haute école, de travail en liberté et de voltige, mais ils ne sont que des numéros parmi d’autres. Seule la compagnie Alexis Grüss fonde ses créations sur ces spécialités. De plus, sachez, amis cavaliers, que vous pouvez assister aux répétitions des Grüss, à Piolenc, en été, et par conséquent poser aux maîtres écuyers de cette famille toutes les questions qui vous brûlent les lèvres en matière de dressage et de haute école, en matière de d’atouts offerts par telle ou telle race de chevaux comme en matière de bonnes méthodes pour bien éduquer un cheval.

Ayant maintenu son cirque dans la fidélité à ses origines, Alexis Grüss est l’un des plus grands écuyers de notre temps, reconnu comme tel par Saumur et par la Garde républicaine, c’est un savoir-faire qui a ces garanties que tous les cavaliers pourront découvrir sous son chapiteau. Ses fils, sa fille et ses petits-enfants sont tous d’impressionnants voltigeurs à cheval. Son fils Stephan et ses petits-fils Charles et Alexandre sont parmi les rares au monde à savoir jongler à cheval, son fils Firmin mène une poste à 17 chevaux que l’on ne voit plus en France que sur la piste Grüss, sa fille Maud, qui est la seule femme au monde à savoir mener, elle aussi, une poste à 17 chevaux, accomplit avec ses frères et avec ses neveux des numéros de jockey que l’on ne voit plus aussi que sur cette piste-là.

Il appartient aujourd’hui à tous les cavaliers de montrer leur attachement aux cirques qui traitent bien leurs chevaux et qui en même temps apportent leurs compétences aux arts équestres. En plébiscitant cette dimension là du cirque, ils l’aideront à se recentrer sur ses origines et permettront de régler la polémique qui existe autour de la présence des animaux dans les cirques. La domestication du cheval – comme celle des éléphants d’ailleurs ‑ est allée de pair avec l’histoire de l’humanité, pas celle des grands fauves dont la présence en piste est, elle, contre nature.

 

Article par Natalie Petiteau

 

Natalie Petiteau est passionnée de chevaux, de cirque, et  professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Avignon depuis 2005. Elle y est actuellement vice-présidente en charge du conseil d’administration.

http://petiteau-natalie.blogspot.fr/

www.alexis-gruss.com

 

About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

cliquez sur l'image

Cliquez sur J’aime !

Quizz

Quizz