Select Page

Une collection de petits chevaux, souvenirs de voyage…

Une collection de petits chevaux, souvenirs de voyage…

Quand je pars en voyage dans un pays étranger, j’aime ramener des figurines de chevaux typiques du pays. J’ai maintenant une petite collection qui plait beaucoup aux enfants mais aussi aux adultes et c’est l’occasion d’évoquer l’histoire et les caractéristiques de ces races particulières qui ont marqué leur pays et en ont imprégné fortement la culture.

Découvrez ici les plus fascinants et quelques références littéraires emblématiques ou web pour en savoir plus.

Un voyage en Mongolie

Une sublime randonnée à cheval en Mongolie, dans le Nord autour du lac Khövsgöl puis plus au sud dans les vastes steppes de l’Arkhangaï.

Cette figurine est en poils de yack et je l’ai trouvée à la très jolie boutique du superbe musée nationale d’Oulan Bator.

  • Le cheval mongol est un petit cheval trapu. Il a permis à Gengis Khan de conquérir le vaste monde. Quand ses milliers de guerriers  à cheval déboulaient, c’était la déferlante. Chaque cavalier, sans tenir ses rênes, tirait à l’arc avec une dextérité et une rapidité hallucinantes.
  • C’est une race très ancienne et bien des chevaux de divers pays ont hérité de ses caractéristiques. On raconte que le cheval Camargue est un descendant direct !
  • Les mongols ne montent que les mâles et réservent les juments pour leur lait : ils concoctent l’äirag (lait fermenté légèrement alcoolisé).
  • Les chevaux vivent en liberté, surveillés à la jumelle par les nomades qui redoutent les loups mais aussi … les voleurs.  Lors des voyages, ils sont entravés par une longue corde, relié à un pieu planté dans la terre, attaché à un pied pour la nuit. Ils peuvent aussi être attachés à des cordes suspendues entre des arbres.
  • Ils n’ont pas de noms, les nomades les désignent par leur robe et leur caractère comme par exemple le noir avec la grande crinière et qui est timide
  • Le vocabulaire Mongol à propos des chevaux est probablement le plus riche au monde
  • Dans chaque yourte vous pourrez admirer un chanza, instrument de musique à corde décorée avec une tête de cheval
  • La méthode de débourrage est très simple : le nomade attrape le poulain avec une Urga puis saute dessus  et reste sur le cheval jusqu’à ce qu’il cède !
  • Pour partir au galop, criez « TCHOU », pour l’arrêter …. tirez sur les rênes !
  • Le cheval Mongol est très fidèle, très docile, très résistant,  très endurant. Il trotte peu mais peut galoper très rapidement pendant des heures.
  • Lors de la fête nationale du Naadam, monté par des enfants, il participe à des courses avec une vitesse folle sur des distances de 20 km !
  • Il peut avoir toutes les couleurs de robe. Pour les Mongols, la plus réputée est la robe entièrement beige clair dorée qui brille sous le soleil.
  • La selle est en bois, recouverte de tapis et décorés par de magnifiques « bijoux » en bronze. Les touristes bénéficient de selles russes, en cuir, nettement plus confortables.

Je vous conseille de vous rendre au « marché noir » d’Oulan Bator : vous y trouverez un immense secteur dédié aux chevaux rempli de multiples trésors …

 

A lire : Le merveilleux cheval mongol de James Aldridge

_________________________________

Un voyage en Kirghizie

Il est un plus grand que le cheval Mongol avec le même caractère endurant, gentil et courageux.

Wikipédia : « Ce cheval des nomades Kirghiz est présent dans les épopées, les chants, les poèmes et les récits des explorateurs. Il est intimement lié à la culture kirghize et au nomadisme. Ce cheval, banni à l’époque soviétique, est depuis lors en voie d’extinction, ainsi que les traditions qui lui étaient associées. Sa sauvegarde est désormais entre les mains de la Fondation Kyrgyz Ate, créée en 2004 par Jacqueline Ripart, spécialiste française du cheval dont l’objectif est la sauvegarde et la réhabilitation du cheval et des traditions équestres kirghizes. Ce cheval est désormais l’objet de festivals qui lui sont dédiés, au Kirghizistan et dans le district kirghiz de Murghab, dans le Pamir tadjik. »

  • Il est rarement castré comme dans la plupart des pays musulmans.
  • Pendant la nuit, il est entravé aux 2 pieds postérieurs mais il arrive à galoper et parfois prend la poudre d’escampette !
  • Il participe aux célèbres jeux nomades notamment avec le Kök-Borü, jeu de l’attrape chèvre, sorte de foot où le ballon est une chèvre fraîchement tuée.
  • Les chevaux les plus recherchés savent ambler.

A lire : « Adieu Goulsary » de l’immense auteur de « Djamillia »  Tchinguiz Aïtmatov

_________________________________

Un voyage en Islande

J’ai bien cherché en Islande, impossible de trouver de jolies figurines !

  • Le cheval Islandais, bien que de petite taille, n’est pas un poney et vous vexerez un Islandais si vous lui soutenez le contraire.
  • Il est très joli avec sa crinière très fournie, sa queue qui l’est tout autant. Il peut avoir toutes sortes de robes. Il est courageux, endurant, intelligent, très peu peureux.
  • Il possède deux allures en plus du pas, du trot et du galop : le fameux Tölt,  une allure stable à quatre temps, lors de laquelle les postérieurs s’engagent sous le cheval et ramènent plus le poids sur l’arrière main, ce qui permet à l’avant main de se relever et d’être plus libre et l’amble qui donne l’impression d’être sur un tapis volant. Le tölt est tellement confortable que vous pourriez boire une tasse de café sans faire tomber une goutte ! C’est une allure qui peut être plus rapide que le galop et le cheval Islandais peut tölter pendant des heures.
  • Les randonnées se déroulent avec le cheptel entier, les chevaux en liberté se mêlent aux cavaliers, parfois s’écartent au loin puis déboulent à toute allure !
  • A l’automne, les fermiers, juchés sur leur monture, procèdent au grand rassemblement des moutons qui ont passé leur été en liberté dans les pâturages.
  • Le cheval Islandais a été amené par les vikings au 9ieme siècle lors de la conquête de cette île qui ne comptait alors aucun cheval. Par soucis de protéger la race, toute importation est interdite depuis 1000 ans ! Le cheval Islandais a donc gardé toutes ses caractéristiques d’origine, ce qui est unique au monde.
  • Aujourd’hui encore, la race est préservée et tout cavalier venant du continent doit stériliser tout son équipement car les chevaux ne sont pas vaccinés. Ils n’ont peur de presque rien et certainement pas du loup car il n’y en a jamais eu en Islande. Il n’a donc aucun prédateur à part … l’homme car il est vrai que les Islandais mangent de la viande de cheval.

Site recommandé par mon amie Islandaise Irma : https://www.horsesoficeland.is/

Livre à lire (recommandé par Irma) en anglais :The Icelandic HorseBy Gisli Bjornsson and Hjalti Jon Sveinsson

__________________________________

Un voyage en Suède

Je ne connais pas vraiment les chevaux suédois bien que j’y ai vécu 6 mois au sud de Stockholm à Linköping mais j’ai découvert de ravissantes figurines, symboles du pays,  en bois du petit cheval de Dalécarlie (nom d’une région de Suède).

Wikipedia : « L’invention de cette figurine remonte au XVIIIe siècle. Historiquement inventée par des bucherons,  une version apocryphe veut qu’elle ait été créée par des soldats.

Invention par des bûcherons
Les bûcherons de la région de Dalécarlie s’amusaient à sculpter des jouets pour leurs enfants dans du bois afin de passer le temps pendant les longues soirées d’hiver. Il s’agissait de chevaux le plus souvent, car cet animal avait une grande importance à l’époque pour les travaux de la ferme, comme animal de bât et de selle. Le cheval était donc un bien précieux.

Invention par des soldats
D’après un récit de folklore apocryphe, le roi Charles XII de Suède livrait une guerre en Europe. Au cours de l’hiver 1716, de nombreux soldats logèrent chez des habitants aux environs de la ville de Mora, au bord du lac Siljan. La nourriture se faisait rare, comme souvent en temps de guerre, et l’hiver fut très rude. Selon la légende, un soldat s’amusa à sculpter un cheval dans un morceau de bois, à le peindre en rouge et à l’offrir à l’enfant de la famille qui le logeait. La mère de l’enfant offrit un bol de soupe au soldat en remerciement. Le soldat sculpta alors un autre cheval, et reçut un deuxième bol de soupe. La nouvelle se répandit rapidement chez ses camarades soldats, qui se mirent eux aussi à sculpter et à peindre des chevaux en bois en échange de nourriture.

________________________________

Un voyage en Chine

Partie étudier le chinois à l’université de Wuhan, j’ai profité de quelques jours pour prendre le train pour me rendre dans la magnifique ville impériale de Xi’an. A quelques km de la ville, se trouve le gigantesque mausolée de l’empereur Qin avec son armée enterrée composée de 6 000 guerriers et chevaux en terre cuite de grandeur nature ; vieille de 2 000 ans, elle ne fut découverte qu’en 1974.

Actuellement il n’y a que très peu de chevaux en Chine mais les chinois se passionnent pour le monde l’équitation et toutes les disciplines sont en plein développement.

En 2017, en visite d’État du 8 au 10 janvier, le président français a tenu à offrir personnellement un cheval (Vésuve de Brekka) à son homologue chinois, qui s’était dit « fasciné » par la Garde républicaine lors de sa vite à Paris en 2014.
Cette « diplomatie du cheval », inédite en France, s’inspire de « la diplomatie du panda » chinoise. La Chine offre souvent cet animal aux dirigeants étrangers.

 

About The Author

Elisabeth Fribourg

Passionnée par les chevaux depuis toujours, j'ai commencé l'équitation très tard ! J'aime me promener à cheval dans la forêt, faire des randonnées itinérantes et découvrir des peuples cavaliers à travers le monde. J'apprends le mandarin depuis 3 ans.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

cliquez sur l'image

Cliquez sur J’aime !

Quizz

Quizz