Select Page

Le parasitisme chez le cheval

Le parasitisme chez le cheval

parasitisme chez le chevalIntroduction

Les parasites intestinaux du cheval représentent un enjeu important pour tous les propriétaires de chevaux. En effet, ces vers sont à l’origine de nombreux troubles : amaigrissement, abattement, poils piqués, coliques… La lutte contre le parasitisme doit aujourd’hui se faire sur plusieurs plans.

Les parasites

Ils existent un nombre important de parasites. On peut distinguer trois grands groupes : les vers plats comme le ténia, les vers ronds comme les strongles ou les ascaris et enfin les larves d’insectes comme les gasterophiles.

types de parasites

Tous ces vers ont des rythmes biologiques différents et une sensibilité aux vermifuges différente. Ainsi la lutte contre les parasites intestinaux doit intégrer ces différences pour être efficace.

Lors du cycle parasitaire, les adultes pondent des œufs qui deviennent des larves qui deviennent des adultes qui pondent etc….

Une partie du cycle se déroule à l’intérieur du cheval et une partie du cycle a l’extérieur.

Les conséquences pour le cheval

Les parasites intestinaux vont créer des dommages de différentes façons. Ils consomment des nutriments, mais ils vont aussi créer de l’inflammation au niveau de la muqueuse intestinale ce qui va perturber son rôle d’absorption des nutriments. Ils peuvent également entraver la motilité de l’intestin comme les larves de ténia qui se fixent sur la valvule ileo cæcale et peuvent ainsi entraîner des problèmes de vidange du cæcum.

Les grands strongles migrent via les parois artérielles, ce qui crée des anévrismes dont la rupture est mortelle.

Le diagnostic

Le diagnostic des troubles parasitaires n’est pas aisé. En effet, il n’existe pas d’examen positif en toutes circonstances.

Le vétérinaire va s’appuyer sur plusieurs éléments

– l’épidémiologie, un cheval affaibli est plus susceptibles d’être parasité

– l’examen clinique, le cheval peut présenter un amaigrissement, un poil piqué etc

– un examen sanguin, une augmentation des éosinophiles et de certaines enzymes peut évoquer un parasitisme

– la coproscopie, c’est une recherche des œufs dans les crottins. En effet, il est rarissime d’identifier les adultes dans les crottins puisqu’ils vivent dans le tube digestif et les œufs ne sont visibles qu’au microscope. Encore faut il que les vers soient en période de ponte au moment de l’examen.

LA PREVENTION

La meilleure parade au parasitisme est l’immunité du cheval. Il est illusoire de chercher le « zéro vers », un cheval en bonne santé peut vivre en équilibre avec un certain nombre de vers. Il est donc d’abord nécessaire de veiller à la bonne santé générale du cheval en lui apportant les soins dont il a besoin (nourriture adaptée, protection contre les intempéries, dentisterie…)

Au box, les chevaux sont moins exposés aux parasites.

Au pré, il faut éviter le sur pâturage, en effet lorsque les chevaux ont la surface adéquate, ils évitent de brouter pres des zones ou ils font leur crottins. Le ramassage des crottins, le traitements à la chaux des terrains sont des techniques qui permettent de limiter la pression des parasites.

Il peut également être intéressant de mettre des bovins à pâturer. Ainsi, les parasites du cheval rentre dans un cul de sac et ne peuvent se développer, l’inverse est également vrai pour les parasites des bovins ingérés par les chevaux.

LUTTE RAISONNEE

Il est difficile de se passer des vermifuges chimiques mais on peut réduire leur utilisation en ne traitant que les animaux qui en ont le plus besoin. Des études ont montré que 80%du parasitisme est hébergé par 20% des individus. Tolérer un faible niveau de parasitisme permet de diluer les résistances. Il ne faut jamais perdre de vue que chaque usage de vermifuge contribue à l’apparition de résistance. Si certains chevaux ne sont pas traités àlors la population qu’ils hébergent ne développera pas de résistances ce qui diminuera la proportion de vers résistants dans l’environnement.

ARGILE VERTE

argile verte

 

L’argile renforce l’immunité, détoxifie l’organisme, et permet même de lutter contre certains parasites, les oxyures. elle absorbe les toxines et les poisons ingérés par le cheval et produits par le métabolisme des parasites.

elle est donc recommandée en cure régulière, mais aussi après l’administration de vermifuges chimiques.

De manière générale, vous pouvez en donner une cure de 7 jours / mois à votre cheval. Bien sûr, il faudra être à l’écoute et vous adapter. vous pouvez augmenter le traitement en cas de traitement vermifuge de synthèse (mais donnez-le après le traitement, car sinon, elle va absorber aussi les molécules du traitement), ou diminuer la dose si votre cheval est en excès. Ce dernier peut provoquer une carence en sodium. pour remédier à cela, mettez une pierre à sel à la disposition de votre cheval. si vous observez que celui-ci la lèche abondamment et plus que d’habitude, allégez le traitement en argile.

Posologie : une cuillère à soupe pour 100kg de poids, diluée dans 4 fois son volume d’eau de source. vous obtenez une boue liquide, que vous pouvez mélanger aux fruits et légumes que vous donnez à votre cheval. Evitez le contact de l’argile avec du métal.

une source complète et inspirante : http://www.valdesfees.be/pages/soins-aux-chevaux/l-argile-et-les-chevaux.html

PHYTOTHERAPIE

Vous pouvez des compléments à votre cheval, en particulier de la poudre d’ail, mais attention aux excès.

le mieux est de planter dans le pré, si vous en avez la possibilité, des plantes anti-parasitaires, et de laisser faire votre cheval. en voici quelques-unes :

  • Ail
  • Estragon
  • Cucurbitacées
  • Moutarde
  • Ombellifères (carotte et panais)
  • Radis
  • Jeunes pousses de frênes et de sureau
  • Achillée Mille feuilles
  • Aigremoine
  • Souci
  • Verveine

AROMATHERAPIE

Attention, certaines larves, du fait de la présence d’huiles essentielles dans le tube digestif, risquent de migrer dans d’autres organes où elles seront hors d’atteinte, par exemple les poumons.

Pour tout traitement aux huiles essentielles, veuillez consulter votre vétérinaire.

L’huile essentielle d’ail : la star des anti-vermifuges.

huile essentielle d'ail vermifuge naturel

donner deux gouttes d’HE d’ail matin et soir pendant 15 jours, diluées à 30 % dans une huile végétale alimentaire, puis appliquer le mélange sur un morceau de pomme ou de carotte.

tableau magique des Huiles Essentielles

Retrouvez tous les conseils de notre vétérinaires dans une formation vidéo !

Cette formation s’adresse à tous les propriétaires de chevaux, demi-pensionnaire ou responsable d’écurie mais aussi à tous les passionnés désireux de se former pour réagir au mieux, en situation d’urgence.

Après cette formation, vous aurez les clés pour reconnaître une situation d’urgence et agir en conséquence, dans le calme.

About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

cliquez sur l'image

Cliquez sur J’aime !

Quizz

Quizz