Select Page

Ce qu’il faut savoir sur la dentition du cheval

Ce qu’il faut savoir sur la dentition du cheval

La dentition du cheval

I/ L’anatomie du cheval

squelette_tete

A l’âge adulte, le cheval possède 40 dents et la jument 36 (4 crochets en moins ), voici la chronologie de l’évolution de la dentition du cheval :

  • A sa naissance le poulain ne possède aucune dent, mise à part les molaires qui peuvent apparaître quelques fois. Les pinces de lait apparaissent la première semaine.
  • Entre 1 et 3 ans, l’ensemble de la table dentaire va se former en remplaçant les dents de lait en dents permanentes. Les deux pinces définitives sont en contact vers l’âge de 3 ans.
  • A 5 ans, on peut dire que la bouche du cheval est faite, toutes les dents sont en contact.
  • Au cours des années, la table dentaire du cheval s’arrondit.
  • A 12 ans, le cheval est dit « hors d’âge », les dents vont se raser 1 à 2 ans après.

On peut voir sur ce schéma l’évolution de la mâchoire au cours des années :

Evolution des dents du cheval

 

Les particularités

Tout d’abord, les chevaux tout comme les rongeurs sont concernés par le phénomène d’hypsodontie, c’est-à-dire que leurs dents poussent constamment. En effet, chaque année les dents d’un cheval poussent de 3 à 5 millimètres. De plus, leur mâchoire maxillaire (supérieure) est plus grande de 30 % que la mandibule (inférieure), de ce fait les dents ne se chevauchent pas totalement et s’usent inégalement, cela provoquent ainsi des surdents.

II/ L’intervention du dentiste

Il est indispensable d’effectuer un contrôle régulier de la dentition d’un cheval (1 fois par an). En effet, comme évoqué précédemment, les dents d’un cheval poussent en continu, de plus il ne vit pas à l’état sauvage et les aliments qu’il consomme sont très peu variés et facile à absorber. Ainsi sa dentition ne s’adapte pas naturellement.

Etant donné que le cheval travaille régulièrement avec un mors dans la bouche, il est important qu’il ne souffre pas d’affection bucco-dentaire.

Comment se passe l’intervention ?

Elle dure entre 15 et 30 minutes. Premièrement des questions sont posées au propriétaire ( âge du cheval, s’il a déjà été vu par un dentiste, son comportement etc). Ensuite le dentiste va observer le comportement du cheval puis palper les différentes parties du cheval afin de repérer d’éventuelles anomalies.

Suite à ses observations, le dentiste procède à l’examen tactile, il va limer les surdents présentes, retirer les éventuelles dents de loup et retirer le tartre.

 Les pathologies les plus fréquentes :

– Les surdents sont les plus fréquentes c’est pour cela qu’un contrôle régulier du dentiste est important, il s’agît d’excroissances dentaires présentent sur les molaires et les prémolaires. Elles sont dues aux mouvements de mastication qui ne permettent pas de les user suffisamment.

Voici quelques images des pathologies les plus fréquentes (source : http://www.discerninghandsequinedentistry.com/) :

caudalhooks1 diastema enamelpoints periodpockets ramps rostralhooks shearedmolartable steppedmolars transridges wavecomplexs

– Les dents de loup sont de petites dents qui poussent sur la barres des maxillaires situées là ou le mors se loge. Il faut donc les retirer afin que le cheval n’éprouve aucune gêne.

– Les dominances sont des excroissances dentaires importantes qui apparaissent au niveau des premières prémolaires et dernières molaires, elles entraînent une restriction du mouvement de mastication.

– Le tartre se développe principalement sur les crochets inférieurs et les incisives, c’est un durcissement de la plaque dentaire qui peut entraîner une inflammation et même une infection.

Voilà quelques photos, avant-après qui imagent les interventions des dentistes les plus courantes :

horse-dentistry-avhorse-dentistry-aphorse-dentistry-av1horse-dentistry-ap1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les conséquences sur la santé et le travail du cheval

La conséquence la plus fréquente est celle causée par les dents de loup, l’action du mors lui sera douloureuse et gênante puisque le mors va venir taper contre ses surnuméraires.

Par ailleurs, le fait que le cheval ait un problème bucco-dentaire va forcement entraîner un problème au niveau de la mastication et donc une première conséquence alimentaire. Les aliments vont être moins broyés, moins insalivés (action de pré-digestion) et ainsi le volume du bol alimentaire sera plus important et plus difficile à digérer pour le cheval.

Le cheval risque certains problèmes digestifs comme des coliques, des bouchons…Ces dysfonctionnements digestifs se répercutent au niveau des lombaires par des nerfs et cela risque d’entraîner des problèmes sur l’appareil locomoteur. Les symptômes peuvent alors être une perte d’engagement et de propulsion, des problèmes dans les départs au galop…

Ce problème de mastication a aussi un impact sur les muscles liés à la mâchoire : contraction excessive des muscles au niveau des cervicales, des thoraciques, des lombaires.

Dans le travail, le cheval va se contracter et ne va plus réussir à fléchir son dos ni à engager les postérieurs. Tout cela peut aboutir à des problèmes plus graves au niveau du dos du cheval.

Il ne faut donc pas négliger la visite chez le dentiste pour votre cheval !

 

A propos de l'auteur

Trackbacks/Pingbacks

  1. Mors idéal…ou la quête du Graal (#1) - VideSellerie.com - […] (pour ceux qui se sentent une âme de future dentiste, je vous conseille d’aller voir ici des infos intéressantes…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

cliquez sur l'image

Cliquez sur J’aime !

Quizz

Quizz