Select Page

Bit fitting : le choix de la bonne embouchure

Bit fitting : le choix de la bonne embouchure

 

 

Le Bit Fitting.

Connaissez-vous ce terme ?

Il y a quelques temps nous vous parlions de saddle fitting, et bien , dans le bit fitting, il s’agit aussi de créer du lien, de trouver le meilleur pour le cheval en fonction de… son cavalier.

Simple ou double brisure, petits ou grands anneaux, inox ou résine, olive, pessoa ou pelham… il existe non seulement une multitude de mors, mais aussi d’options ! Comment trouver celui qui convient le mieux au cavalier et son cheval ? Sans compter les pros-sans mors, ou là aussi tout noseband, ne convient pas à n’importe quel cheval ou cavalier.

Géraldine Vandevenne est dentiste et « bit fitter » c’est-à-dire spécialiste en embouchures et ennasures.  En amont de sa conférence, nous souhaitions vous présenter un peu ce qu’est sa discipline.

Le « bit fitting » se développe depuis quelques années en Europe, essentiellement aux Pays-Bas, en Allemagne et en Angleterre.

De l’importance d’un matériel adapté

Les notions de confort et de bien-être du cheval entrent de plus en plus en compte,  pour chaque cavalier. Face à cela, certains cavaliers ont préféré abandonner les embouchures au profit d’ennasures telles que les sidepull ou hackamore, et d’autres préfèrent se tourner vers le bit fitting… De plus en plus de gens sont conscients de l’importance d’avoir un matériel adapté : question de confort du cheval et de sécurité du cavalier. En effet, si certains chevaux souffrent en silence, d’autres peuvent avoir des réactions dangereuses face à la douleur.

C’est  à force de rencontrer des chevaux avec des lésions buccales et d’entendre des propriétaires rencontrer des difficultés de bouche que Géraldine a décidé de se lancer dans le bit fitting.

Plusieurs paramètres sont importants : la bouche du cheval, son anatomie, ses problèmes de santé ou non, son âge, son niveau, sa discipline, son cavalier ou meneur et son matériel actuel.

Tous ces facteurs doivent être pris en compte.

Objectif : trouver le mors le plus confortable pour le cheval, et ce en fonction de la main de son cavalier.

Une séance de bit fitting

Lors d’une séance, une observation se fait pendant le travail de même que l’essai des différents mors et bridons. Simple ou double brisure, des anneaux ou canons plus petits ou plus grands, un alliage différent, tel modèle ou tel autre… tout peut avoir une influence.

A ce moment-là, soit le cheval s’exprime clairement ou, s’il ne le fait pas, le cavalier sent très bien les différences d’effets entre les mors. A l’issue de tous ces tests et en fonction des différents retours, une solution est proposée.

Un dispositif sans mors, même si  peu de personnes y pensent, n’est pas forcément plus doux S’il est mal adapté ou utilisé, il peut provoquer de nombreuses pressions, et de ce fait de nombreux dégâts notamment au niveau du nez.

Le travail de Géraldine est donc de proposer une solution adaptée à chaque cheval, en fonction de sa morphologie et de sa sensibilité.

Certains prennent conscience du bienfait de son travail très tôt, d’autres font appel à un bitfitter en cas de gros signaux d’alerte : langue qui sort, blessures à la commissure des lèvres, cheval difficile en main.

L’embouchure et la main

Mais attention, Géraldine le dit très bien : un mors ou une ennasure même très bien adapté ne remplacera ni ne compensera jamais la bonne main du cavalier. Celui-ci ne doit pas oublié sa quête de justesse, de finesse et de légèreté.

 

Découvrez le travail de Géraldine Vandevenne, lors de sa webconférence le 5 avril à 21H.

About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

Nouvelle Formation de YOGA pour cavaliers et cavalières

cliquez sur l'image

Cliquez sur J’aime !

Quizz

Quizz

Les thèmes
Moi, cavalier
Mon cheval
Moi, propriétaire
Mes disciplines